Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles récents

LA LETTRE DE NOVEMBRE

13 Décembre 2016 , Rédigé par David Publié dans #AMPARIHIBE, #NEWSLETTERS

Des nouvelles de notre projet d'Ambatolampy. Nos 75 enfants qui n'étaient pas scolarisés ont pu aller à l'école grâce à un prêt rentrée scolaire que notre association leur a fait. Ils rembourseront ce prêt lors de la prochaine récolte. Ce prêt est garantie par tous les parents d'élèves, les très pauvres et les un peu moins pauvres. Nous pourrons ainsi renouveler l'opération avec une autre école et ainsi de suite... Ils vont aussi faire un petit crédit pour acheter des tables, des bancs et un tableau noir.

L'augmentation du nombre d'élèves a permis de recruter une enseignante.

Enfin, l'association IDEENA leur a fait un don pour qu'ils puissent construire un puits pour le village.

Petite contrepartie de tout ça, nous leur avons demandé de tenir leur village propre. Ils nous ont promis qu'aucun déchet ne trainerait lors de notre prochaine visite début décembre. Nous vous tiendrons au courant.

 News about our Ambatolampy project. Our 75 children who were not in school have been able to go to school thanks to a loan that our association has granted them. They will repay this loan at the next harvest. This loan is guaranteed by all parents, the very poor and somewhat the least poor. We will be able to renew the operation with another school and so on ... They will also take a small loan to buy tables, benches and a blackboard.

As the number of students increased they have hired a teacher.

Thanks to IDEENA association they could build a well for the village.

Small counterpart to all this, we asked them to keep their village clean. They promised us that, on our next visit in early December, no waste would lie around . We will keep you informed… 

LA LETTRE DE NOVEMBRE
LA LETTRE DE NOVEMBRE

 Il y a dix ans (Voir article ici), nous avons planté dans notre petit village d’Amparihibe du jatropha curca. Nous y avons placé beaucoup d’espoir. Nous pensions extraire suffisamment d’huile de leurs graines pour pouvoir remplacer le gasoil. Apres dix ans d'errance, nous commençons à comprendre la culture du jatropha curca et l'extraction de son huile. Nous avons produit notre premier demi d’huile. Cette huile ne sera pas utilisée de façon massive comme le gasoil mais pour les motoculteurs et groupes électrogènes. On peut parier que nous le trouverons très rapidement dans les épiceries de brousse. Nous cultiverons de nouveau du jatropha curca dès janvier prochain.

 

Ten years ago (see Article)), we planted in our small village of Amparihibe jatropha curca. We have placed a lot of hope in it. We were thinking of extracting enough oil from their seeds to be able to replace the gas oil. After ten years of wandering, we begin to understand the cultivation of jatropha curca and the extraction of its oil. We produced our first half of oil. This oil will not be used in a massive way like gasoil but for the cultivators and power generators. We can bet we will find it very quickly in the bush grocery shops. We will cultivate jatropha curca again next January.

Ony et Tiana Razafintsalama

LA LETTRE DE NOVEMBRE
Lire la suite

LA LETTRE D'OCTOBRE

26 Octobre 2016 , Rédigé par David Publié dans #NEWSLETTERS

Nous continuons a étendre notre action dans le Moyen Ouest. A une heure de marche d'Amparihibe il y a un petit village, Ambatolampy. Une quarantaine de familles y vivent avec 200 enfants de moins de 12 ans. 75 enfants ne vont pas à l'ecole, les parents n'ont pas les 15 euros nécessaires pour les frais d'inscription, les frais de scolarité de l'année et les fournitures scolaires. Ces 75 enfants qui ne vont pas à l'ecole deviendront des voleurs et perturberont la vie du village.

Comment faire comprendre aux villageois que tout le monde doit aider ces enfants à aller à l'école?

La solution passe par le biomimétisme qui consiste à prendre exemple sur la nature pour organiser la société. Un dicton malgache dit " nous devons vivre ensemble comme les plantes de la nature. Les plus hautes plantes protégent du soleil les plus petites plantes et les plus petites plantes consolident la base des hautes plantes". C'est ainsi que les plus riches de l'école aideront les plus pauvres. Les plus pauvres contribueront à la vie de l'école.
 

We continue to extend our work in the Middle West.  One- hour walk from Amparihibe there is a small village, Ambatolampy. Forty families live there with 200 children under 12 years old. 75 children do not go to school, parents do not have the € 15 needed for the registration fee, the year tuition and school supplies. These 75 children who do not go to school become thieves and will disturb the village life. How to explain to villagers that everyone has to help these children go to school? The solution is biomimetics or taking example on nature to organize society. A Malagasy proverb says "we must live together like plants. Taller plants protect smaller ones against the sun and smaller plants consolidate the basis of taller ones." So, the richest in the village will help the poorest. The poorest will contribute to the life of the school. They agreed on the principle, I will tell you in November if they implemented it.

Ony et Tiana RAZAFINTSALAMA

LA LETTRE D'OCTOBRE
Lire la suite

DINER DANSANT le 10 septembre 2016 au Lagon Bleu

27 Juin 2016 , Rédigé par David Publié dans #LES ACTIONS MENEES

DINER DANSANT le 10 septembre 2016 au Lagon Bleu
Lire la suite

La Lettre de Juin des Enfants de la Rue

27 Juin 2016 , Rédigé par David Publié dans #LES ENFANTS DE LA RUE, #NEWSLETTERS

Juin 2016

Chers parrains et marraines,

La nouvelle année scolaire a débuté depuis octobre 2015, nous avons tardé à vous donner des nouvelles et nous nous en excusons.

Le bilan de l’année scolaire 2014/ 2015 est plutôt satisfaisant. Deux enfants ont obtenu le certificat d’étude. Nous n’avons pas eu de candidat pour le brevet l’an dernier. Nous avons eu une bachelière ! Deux autres candidates ont échoué, mais le taux global de réussite était très faible cette année (37%). Elles recommencent cette année.

La plupart des enfants ont réussi le passage en classe supérieure.

Deux jeunes filles ont dû abandonner leur scolarité suite à une grossesse. Nous comptons les réorienter vers une formation professionnelle par la suite. La grossesse des jeunes reste un fléau malheureusement.

Pour l’année scolaire 2015-2016, soleil marmailles scolarise 42 enfants de la primaire à la terminale. Nous avons également 3 jeunes en formation professionnelle.

La fin de l’année scolaire pointe déjà le bout de son nez, deux jeunes ont clôturé leur année avec succès. Ils ont présenté leur mémoire en mars et avril dernier. Ils ont obtenu l’un et l’autre la mention très bien : Manitra qui est en Gestion et Tsiory qui est dans une école de tourisme. L’association est fière de ces résultats et réitère ses remerciements auprès de vous. C’est grâce à votre fidèle soutien que ces jeunes ont pu obtenir leur diplôme.

Nadia et Sandra sont nos deux relais sur place. Elles continuent de réunir les enfants une fois tous les deux mois autour d’un repas amélioré. C’est une occasion pour eux de se retrouver, d’échanger et de faire part aussi de leurs difficultés éventuelles.

A l’heure actuelle, les jeunes prennent en charge l’organisation de ces repas améliorés. De l’achat des ingrédients jusqu’à la cuisson. Ils se partagent ainsi les tâches ce qui rend ces moments très agréables.

Les réunions se passent aujourd’hui dans une maison mise à la disposition de soleil marmailles. Un projet d’ameublement du local est en cours avec achat de bancs et de tables.

Enfin, l’hiver arrive à grand pas et une opération « couverture » aura lieu en aout prochain. L’association grâce à vos aides pourra offrir à chaque famille une couverture.

La Lettre de Juin des Enfants de la Rue
La Lettre de Juin des Enfants de la Rue
La Lettre de Juin des Enfants de la Rue

Concernant l’école maternelle d’Anoutiale :

L’école croule sous la demande. Si bien que maintenant, elle accueille également les enfants de niveau CP et CE1 qui ne peuvent pas être scolarisés à l’école élémentaire publique faute de place. Il y a école le matin et l’après-midi pour 60 enfants.

L’association continue de payer le salaire des enseignants, les fournitures scolaires et les produits d’hygiène (savon, brosse à dents, dentifrice). La cantine, quant à elle, a été provisoirement suspendue car nous n’avons pas encore assez de parrains pour cette école.

Les projets pour cette année seront la recherche de parrains afin de rétablir la cantine et faire face à la hausse des fournitures scolaires liée au nombre croissant d’élèves.

Un projet de construction d’une nouvelle salle de classe est à l’étude…

Soleil marmailles renouvelle ses remerciements pour votre soutien sans lequel nous ne pouvons rien entreprendre ni poursuivre. Grâce à vous, les enfants de soleil marmailles grandissent, s’instruisent, acquièrent une formation professionnelle puis une autonomie. Et deviennent à leur tour un soutien pour leur famille. Il reste encore beaucoup d’enfants à aider, c’est pourquoi nous comptons sur votre fidélité.

Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, et vous invitons à consulter notre site internet, où vous trouverez notamment toutes les dernières informations concernant Amparibé.

Veuillez agréer chers donateurs, nos sincères salutations.

Sylvie, Blandine et Katia

La Lettre de Juin des Enfants de la Rue
Lire la suite

LA LETTRE D'AVRIL D'AMPARIHIBE 2016

20 Avril 2016 , Rédigé par David

Le soatoavina pourrait être traduit par « agissons ensemble pour le bien de tous ». C’est le socle du mode de vie traditionnel malgache qui est basé sur une vision où l’individu fait partie d’un tout. Il est contraire au mode de vie occidentale où chaque individu semble être au centre du monde. Les liens qui unissent les Malgaches entre eux sont ainsi proches du sacré, c’est le fihavanana. Ce fihavanana à été occulté par la colonisation mais il est toujours présent dans le cœur des Malgaches, au moins dans les campagnes. Une grande partie des problèmes que rencontre Madagascar trouve son origine dans le conflit entre ces deux visions.

Lors des mises au point des micro-crédits avec nos différents groupes, nous avons proposé de revenir au soatoavina. Les réactions ont été unanimes, ils ont tous accueilli le projet avec un grand enthousiasme. Il n’y a pas eu besoin d’explication puisque qu’ils l’ont tous en eux. Ils diffuseront l’idée aux villages voisins.

Le taux de remboursement des micro-crédits sera encore amélioré par ce retour aux sources. De plus, le soatoavina est un formidable outil de développement puisque parmi les actions que les groupes vont réaliser ensemble l’éducation, la santé et l’entraide tiennent les places majeures. Enfin, le soatoavina permet de fédérer les gens et ainsi créer une seule voix que les dirigeants devront écouter.

The soatoavina could be translated as "act together for the good of all." This is the foundation of the malagasy traditional way of life which is based on a vision in which the individual is part of a whole. It is the opposite of the western lifestyle where everyone seems to be the center of the world. The links between Malagasy are so close that it seems to be sacred, it is called fihavanana. The fihavanana has been overshadowed by colonization but it is always present in the heart of the Malagasy people, at least in the countryside. Most of Madagascar’s problems have their origin in the conflict between the two visions.

When monitoring the micro-credits with our groups, we proposed to return to the soatoavina. The reactions were unanimous, they all greeted the project with great enthusiasm. There was no need for explanation, they know all about it. They will spread the idea to neighboring villages.

The microcredit repayment rate will be further enhanced by this return to tradition. Further, the soatoavina is a great development tool because among the actions the groups will perform together education, health and self-help have the first places. Finally, the soatoavina allows people to unite and so create one voice that leaders must listen.

Ony et Tiana RAZAFINTSALAMA

LA LETTRE D'AVRIL D'AMPARIHIBE 2016
LA LETTRE D'AVRIL D'AMPARIHIBE 2016
LA LETTRE D'AVRIL D'AMPARIHIBE 2016
LA LETTRE D'AVRIL D'AMPARIHIBE 2016
Lire la suite

LA LETTRE DE FÉVRIER D'AMPARIHIBE 2016

26 Février 2016 , Rédigé par David

Nous allons fêter cette année les 10 ans de notre action pour la scolarisation des enfants à Madagascar. C’est le moment de faire un petit point sur ce qui a été fait et préparer les 10 années à venir.

Plusieurs centaines d’enfants ont pu être scolarisés grâce à vos dons.

Sans votre aide, ses enfants

seraient aujourd’hui, pour une majorité, dans une situation de grande pauvreté. Certains n’ont pas su profiter de la chance qu’il leur a été offerte. D’autres ont vraiment bien avancé et leur succès est notre fierté. Une grande partie d'entre eux cherche encore leur voie mais le coup de pouce que nous leur donnons leur permet de garder tous les espoirs pour l’avenir.

Quels sont les freins à la scolarisation des enfants ? Deux grandes causes sont à retenir. La première est financière. A Amparihibe certains parents n'ont pas les 70 centimes d'euros par mois nécessaires pour envoyer leurs enfants à l'école privée du coin, et nombre d'entre eux n'ont pas non plus les moyens d'assurer les 30 centimes d'euro qui enverraient les enfants à l'école publique. Le deuxième point est qu’il existe des parents qui ne voient pas toujours l'investissement à long terme qu'apporte la scolarisation de leur enfant.

Quelles sont les solutions ?

Pour le problème financier, nous avons mis en place à Amparihibe des microcrédits financés par une organisation caritative basée à Londres, les Two Walters. A ce jour le capital est de 8 000 euros.

Ce capital génère 5% d’intérêt tous les 3 mois. 3⁄4 de ces intérêts sont réinvestis dans les microcrédits. 1⁄4 des intérêts seront dédiés à la scolarité des plus défavorisés. Les microcrédits sont entièrement gérés par les villageois eux-mêmes. Ainsi, les parents consacrent de façon indirecte une partie de leur argent à l'éducation des enfants.

Le deuxième problème est la motivation des parents à envoyer leurs enfants à l'école. Les parents doivent prendre conscience que scolariser un enfant est un investissement extrêmement pertinent sur le long terme. C'est une vision difficile à avoir lorsque les parents eux-mêmes n'ont pas été scolarisés. Pour redynamiser l’intérêt des parents pour l'éducation et la scolarisation des enfants, nous ferons participer les parents à la formation agricole de leurs enfants. Nous allons organiser desréunions d’échange entre parents, jeunes étudiants de Tanà et jeunes élèves avec la mise en place de projets agricoles concrets. Une sorte de formation continue pour tout le monde.

We started to educate children since 2006. Hundreds of children went to school with donations from sponsors. But it is necessary to find a system that allows more children to be educated.

Donations can only be limited. With the Two Walters we set up microcredits. The capital is now € 8,000. The farmers pay 5% interest every 3 months. 3/4 of these interests are invested in new microloans. This increases the capital and the number of beneficiaries.

1/4 of these interests are

given for the education of children under 12 years. In Amparihibe, tuition fee is € 0.30 / month.

Furthermore, we must encourage parents to send their children to school.

We must make them

understand the importance of education. They will participate in the education of their children through the implementation of agricultural projects in the school.

Ony et Tiana RAZAFINTSALAMA

LA LETTRE DE FÉVRIER D'AMPARIHIBE 2016
LA LETTRE DE FÉVRIER D'AMPARIHIBE 2016
LA LETTRE DE FÉVRIER D'AMPARIHIBE 2016
LA LETTRE DE FÉVRIER D'AMPARIHIBE 2016
Lire la suite

LA LETTRE DE DECEMBRE D'AMPARIHIBE

31 Décembre 2015 , Rédigé par David

Très bonne nouvelle notre mėthaniseur fonctionne.
Il faut bien sûr continuer à l'améliorer.
Un grand merci aux Inner Wheel qui ont financé le projet.
Un grand bravo à nos étudiants, de l'équipe Biogaz-mada, concepteurs du projet.
Plusieurs projets sont en cours avec d'autres étudiants dans des domaines comme le tourisme, la pisciculture et l'élevage de poules pondeuses...
Nous vous tenons au courant.

Very good news our digester works.
We must of course continue to improve it.
A lot of thanks to the Inner Wheel who financed the project.
Congratulations to our students, the Biogas-mada team, who are the project designers.
Several projects are underway with other students in areas such as tourism, fish farming and the rearing of laying hens ...
We will keep you informed.
Ony and Tiana Razafintsalama

LA LETTRE DE DECEMBRE D'AMPARIHIBE
LA LETTRE DE DECEMBRE D'AMPARIHIBE
LA LETTRE DE DECEMBRE D'AMPARIHIBE
Lire la suite

LA LETTRE D'OCTOBRE

6 Octobre 2015 , Rédigé par David Publié dans #AMPARIHIBE

Beaucoup de choses ont été faites au cours du voyage de septembre. Nous avons distribué presque 6000 cahiers grâce à une généreuse donatrice. Le méthaniseur fonctionne et donne du gaz, merci aux Inner Wheel. Enfin, nous avons continué à étendre nos microcrédits, nous avons distribué 1 500 €, nous avons 97 membres maintenant, merci aux Two Walters.
Much has been made during the trip in September. We distributed almost 6000 books thanks to a generous donor. The digester works and gives gas, thank you to Inner Wheel. At least, we continued to expand our microloans, we distributed € 1,500, we have 97 members now, thanks to the Two Walters.
Ony et Tiana RAZAFINTSALAMA

LA LETTRE D'OCTOBRE
LA LETTRE D'OCTOBRE
LA LETTRE D'OCTOBRE
LA LETTRE D'OCTOBRE
LA LETTRE D'OCTOBRE
LA LETTRE D'OCTOBRE
LA LETTRE D'OCTOBRE
Lire la suite

La Lettre de Septembre

4 Septembre 2015 , Rédigé par David Publié dans #AMPARIHIBE

Un grand merci aux étudiants de l'association réunionnaise Ideena. Ils sont venus nous aider pour développer notre petit village. Ils ont participé à l'enseignement des enfants et ont aussi planté 200 arbres avec eux. Leur travail est impressionnant. Un remerciement spécial à Iris CLAUDEL pour ses photos.

Many thanks to the students of Reunion non profit organization Ideena. They came to help us to develop our little village. They participated in teaching children. They also planted 200 trees with them. Their work is impressive. Special thanks to Iris CLAUDEL for her photos.

Ony et Tiana RAZAFINTSALAMA

La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
La Lettre de Septembre
Lire la suite

Le clip de Soleil Marmailles

2 Septembre 2015 , Rédigé par David Publié dans #VIDEO

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>